Rechercher
  • Jérôme Beaufils

Les soft skills, dur dur d'être parfait


Les soft skills, ou compétences comportementales, suscitent de plus en plus l’intérêt des entreprises. Pour être recruté puis être performant au travail, les compétences techniques ne suffisent pas, ou plus. Si les articles fleurissent sur le sujet et que la définition même de soft skill prête à débat, il est indéniable que salariés et managers doivent développer des qualités non professionnelles, plus en lien avec leur personnalité, leur manière d’agir avec les autres. D’une culture d’entreprise à une autre, d’un poste à un autre, les soft skills les plus recherchées diffèrent. Il n'existe pas de compétence meilleure qu’une autre. Le candidat doit surtout savoir indiquer ce qu’une soft skill a apporté dans un contexte précis et en quoi cela représentera une plus-value dans le futur environnement. Je vous livre, à partir de différentes lectures, quelques pistes utiles de qualités à mettre en avant ou à développer pour réussir.


1. La résolution de problèmes

Avoir l’esprit solution, savoir améliorer une situation, c’est une qualité cruciale, a fortiori dans un contexte de changement comme l’entreprise en propose souvent.


2. La confiance

Un mélange de confiance en soi, de confiance aux autres lorsqu’on manage, de confiance en l’avenir.


3. L’intelligence émotionnelle

Après le QI (quotient intellectuel), le QE (quotient émotionnel). C’est une autre forme d’intelligence, basée sur la conscience et la maîtrise de ses émotions, l’empathie, la motivation et les compétences sociétales. Travailler, c’est d’abord interagir avec d’autres humains, qu’ils soient collègues, responsables hiérarchiques ou clients.


4. L’empathie

Comprendre la réalité de l’autre (manager, collègue, client ou prestataire), c’est avoir une vision plus large et plus équilibrée d’une situation.


5. La communication

Bien communiquer, c’est s’assurer que le message que l’on souhaite faire passer est bien reçu. Cela nécessite précision, concision et clarté.


6. La gestion du temps

Il est facile de perdre du temps aujourd’hui, happé par les mails, les notifications du smartphone... En gagner est un atout. A chacun de hiérarchiser ses priorités et ne pas se laisser déconcentrer par l’extérieur.


7. La gestion du stress

Le stress fatigue le cerveau et dégrade la qualité du travail : difficulté à décider, à se concentrer, à être créatif, efficace, confiant. Etre zen fait la différence, pour votre propre satisfaction et celle de votre manager.


8. La créativité

La créativité assure l’avenir de l’entreprise parce qu’elle est source d’innovation. Elle est donc très recherchée. C’est le résultat d’une réflexion solitaire mais aussi de connexions et d’échanges avec autrui.


9. L’esprit d’entreprendre

Aller de l’avant, imaginer, faire, être proactif, positif. Avoir des idées, proposer, se placer dans une dynamique positive. Quel manager ou entreprise pourrait s’en plaindre ?


10. L’audace

L’audace se situe dans la lignée de l’esprit d’entreprendre : tenter, oser, proposer des idées nouvelles sans se censurer en pensant que toutes ne seront pas bonnes. Le génie a souvent beaucoup échoué.


11. La motivation

Si vous savez en trouver pour vous et en donner aux autres, vous êtes parfait ! Donner un sens à son travail est la meilleure manière de rester motivé.


12. Vision, visualisation

Avoir une bonne vision, c’est savoir prendre du recul, voir le général et le particulier. C’est aussi voir la route qui mène à l’objectif.


13. Le sens du collectif

Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. Classique mais tellement vrai.


14. La curiosité

Elle n’est pas un vilain défaut, plutôt une ouverture qui donne la possibilité d’apprendre et donc de s’enrichir. Pour le plus grand bien de l’entreprise.


15. La prise de décision

Prendre une décision dans un environnement de travail complexe, c’est savoir faire preuve d’esprit critique, d’analyse et d’aptitude à arbitrer entre plusieurs options.


16. Le sens du service

Vous travaillez dans un cadre précis, avec une mission, des objectifs, une fiche de poste. Aller au-delà en aidant un collègue ou un autre département, c’est montrer votre sens du service et votre implication dans l’entreprise.


17. La négociation

Négocier, c’est écouter les points des autres et argumenter pour faire accepter – et non imposer – le sien. Cela nécessite une ouverture et une agilité intellectuelle forcément prisées des entreprises.


18. La flexibilité

La flexibilité n’est pas synonyme de mollesse ou d’indécision. C’est la capacité à s’adapter à des situations et interlocuteurs et d’en dégager du positif.


19. L’esprit critique

L’esprit critique, c’est la capacité à douter et mener un raisonnement personnel afin de résoudre des problèmes, de proposer des améliorations.


Et vous, que vous soyez recruteur, salarié ou candidat, quelle est votre vision des soft skills ? Effet de mode ou réalité humaine de l’entreprise ? En tenez-vous compte sur un CV ? Votre avis m'intéresse.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout